De face c'est bien aussi!

Encore un blog sur le GR20 ?!

Et oui un de plus!
Avant de se lancer dans cette aventure nous avons consulté beaucoup de blogs consacrés au GR20 et à notre tour, nous avons eu envie de faire partager les moments de bonheur mais aussi de doutes que nous avons traversés durant ces 2 semaines de trek.

Mais qui sommes nous donc?

Un couple un peu foufou, un poil déjanté!!!!!
Et c'est parti pour les présentations:
Anthony: 36 ans, sapeur pompier de Paris, très sportif, expérience de la rando
Stéphanie: 29 ans, rédactrice, très -peu- sportive (enfin en fait ça dépend des fois...), aucune expérience de la rando, chaussures neuves (qui vient de dire que j'irai pas au bout et que j'aurai bobo pieds?????)
Fumeurs
(Haaannn! Pas bien! Le tabac c'est tabou ....)
Amoureux de la nature, des grands espaces et de la tranquilité (amoureux tout court aussi. Bah quoi? C'est important l'amuuur tout de même dans cette histoire!!)

Des mercis

Merci à ceux qui ont cru en nous et qui n'ont pas dit: "vous n'y arriverez JAMAIS"!!!!!
Merci tout spécial à Gégé et Annfleur (huumm, merci pour cette tablette de chocolat qui nous attendait bien sagement à Vizzavona ).
Merci aussi à maman de Steph qui nous a bien fait rigolé avant de partir en nous demandant de penser à prendre nos K-way
.
Et une pensée pour notre pu-du-uk...  

C'est moi, Steph qui raconterai nos péripéties, pour une question de simplicité d'écriture et parce que.... parce que... ben parce que c'est comme ça et pis c'est tout! Bien sûr Chéri d'amuuur validera chacun des articles sinon y aurait pas d'égalité entre nous et nous, bah on estime que dans un couple l'homme et la femme sont égaux!! Quoi c'est pas un blog sur l'égalité entre hommes et femmes????? Zut!
Alors revenons à nos moutons.
Comme je l'ai dit c'est moi (Steph, pour ceux qui n'auraient pas suivi) qui raconte pour éviter d'alourdir le style.

Alors c'est parti je me lance:

Nous partîmes deux, et sans aucun renfort, nous nous vîmes...... ben deux!.... en arrivant à Conca.
Quoi?? Le style est lourd là???


PS: Les articles seront signés Stan. Non ce n'est pas notre nègre puisque j'ai d'jà dit qu' c'est moi qu'écrit!! C'est simplement les 2 premières lettres de chacun de nos prénoms, qui forment elles-même un prénom. Waouh, magique!

Par Stan
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires

Enfin! Le jour tant attendu du départ est arrivé!! C'est qu'on n'en pouvait plus d'attendre...

Anthony me rejoint chez moi.

Un dernier coup d'oeil aux sacs (aïe la vache ça fait mal!), histoire de vérifer qu'on n'a rien oublié. Je négocie ferme avec Chéri pour prendre les barres de Balisto qu'il a trouvées cachées au fond d'une poche de mon sac. C'est lui qui gagne, je range les Balistos au placard. Mais..............il m'autorise à prendre mes 2 chapeaux (ben oui un pour la rando, et un autre pour faire un peu la belle. Chuis une fille quoi! Et encore j'parle même pas de la taille de ma trousse de toilette et de sa tête quand il a vu que j'emmenais du peeling!!!!!).

Un caf' et hop, à Créteil Orly.

1h et quelques trente minutes plus tard, nous voici à l'aéroport. L'avion est prévu à 13h10 mais décolle avec du retard because colis suspect (bah oui sinon c'est pas drôle!!). Re 1h30 après, on arrive à Calvi et déjà, on aperçoit les montagnes se dresser devant nous.

On décide de faire du stop pour rejoindre Calenzana, la ville de départ du GR20. Nous sommes rapidement pris. On s'arrête dans un supermarché acheter la recharge de gaz et on nous conduit à Calenzana.

On a opté pour la solution "dodo à l'hotel" pour profiter une dernière fois d'un grand lit tous les deux pour.....pour ...dormir pardi! (Et , aussi heu... pour.... enfin ....bref! hum!).

Comme le patron de l'hôtel fait la sieste n'est pas là, on s'installe dans un bar où nous buvons une Pietra (ou deux, ou trois, ch'ais plus, hips).

On admire le village de la terrasse et là...c'est le drame: des trombes d'eau nous tombent dessus! Flûte, z'avaient pas menti à la météo!! On attend que ça se passe. Euh, ça passe pas! Bon il va falloir faire avec!

On estime que le patron de l'hotel est réveillé arrivé et découvrons not' chambre. Nous avons réservé une nuit à l'hotel Montegrosso (50€ la nuit + 6€ le petit déjeuner). Surprise: le patron nous annonce qu'il ne prend pas la carte bleue comme d'ailleurs tous les commerçants du village. Ah? Bon c'est pas grave, on lui demande où se situe le distributeur. Comment ça y'en a pas?!! Bien! Alors on va amputer notre budget liquide!!!

Nous qui avions prévu de se faire un super resto avant nos 15 jours de régime forcé et à ne pas trop regarder à la dépense, on se rabat sur le snack qui est en fait le seul établissement acceptant la carte bleue. Miam, un bon hamburger et des frites bien grasses! Chéri est tolérant (pour ce soir...Certains ou plutôt cettaines comprendront l'allusion!) concernant l'apport lipidique du menu, compte tenu des efforts physiques qui nous attendent.

Vers 20h30 on rentre à l'hotel. Chéri prépare les affaires pour le lendemain et boucle les sacs. A 23h, dodo.

Par Stan
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Nous avions prévu de nous lever à 6h. On se lève à 6h30...

Rapide coup d'oeil dehors pour voir le temps qu'il fait: ...moche! On dirait qu'il va pleuvoir. Ah tiens, ça y est il pleut!

On voit passer un couple de randonneurs. Z'ont plus de courage que nous...

Le temps de prendre le pitit déjeuner et d'attendre que la pluie cesse, on décolle à 7h50. On perd déjà presque une heure sur l'horaire qu'on s'était fixé.

 

On traverse le village pour rejoindre le départ du GR.  C'est par là! Suivez la flèche!

Ca monte! Ca monte même beaucoup! Et le sac pèse! Je crache déjà mes poumons. J'ai peur pour la suite, moi qui jusqu'à présent ne doutait pas de mes capacités physiques (intérieurement bien sûr, je montre rien à Chéri. Ben oui, faut que j'assure!.Combien de temps dure le GR déjà???).

Nous sortons du village et gravissons le chemin qui constitue le début du GR (bon ça monte toujours...mais tout à coup cela devient supportable, allez savoir pourquoi).

On prend de la hauteur: la vue sur le village et la baie de Calvi est magnifique.

 

Les 4 premières heures de l'ascension ne posent pas de problème particulier (même pas mal aux pieds! Héhé!). C'est le début, on est heureux, on se délecte des merveilles de la montagne.

Arrivés au niveau d'une crête, grosse déception. Le topo guide indiquait qu'on apercevrait le refuge après 4h de marche. Mais point de refuge à l'horizon. C'est notre premier clash avec le topo et loin d'être le dernier! Satané topo! Ce sera une constante tout au long du parcours. On parlait pas la même langue d'toute façon avec lui!! A part nous dire qu'on traverserait la bocca di truc, la bocca di machin (comme si c'était indiqué!!) ou la ligne de partage des eaux (formidable!!!! et sinon concrêtement cette ligne se manifeste de quelle façon dans le paysage??!!), il ne nous aidait pas vraiment...

Une pause, une barre de céréales et ça repart!

Nous traversons une zone d'éboulis. La brume tombe, une petite pluie fine aussi.

Puis on attaque une partie assez difficile pour monter face au Capu Ghjovu. On commence à quat' pattes, et c'est parti pour une traversée technique, très -comment dire- déconcertante pour moi qui ne m'attendais pas à celà dès la première étape. Anthony lui est très à l'aise, tel un bouquetin (de vous à moi, vous saviez qu'un bouquetin c'est fier???? Si si c'est vrai! C'est un guide de montagne qui l'a dit!!!).

Le topo menteur nous indique un passage avec un câble. Ah oui, on l'a bien vu le câble, mais le topo ne précisait pas qu'il était cassé donc...inutile!

 

 

Ca c'est juste après le câble. Sourire pour la photo, genre pfff fingers in the noze, mais en vrai, jambes qui tremblent...la trouille quoi, tout simplement.

It's OK, on franchi cette première difficulté avec succès! C'est pas moi qui le dit c'est le rocher!!!

 

 

 

Nous poursuivons en longeant la crête et ... dites moi pas qu'c'est pas vrai: le refuge!!!! On le voit!!

Oui en effet on le voit, mais l'est loin! A environ 1h de marche.

Enfin, on l'atteint.

 

 

Ca y est! On a bouclé la première étape. Il est environ 15h.

On mange, Chéri a le courage de prendre une douche glacée. Quant à moi j'opte pour la solution lingettes. Très utiles (important: ne pas les oublier dans la douche du premier refuge sans quoi elles perdent de leur utilité...).

On décide de prendre le repas du soir proposé par le refuge (15€ par personne) et on fait la connaissance de 2 couples avec qui on sympathise: Yannick et Valentine qui comptent aller jusqu'à Vizzavona et Gilles et Marie qui comptent faire le GR en entier.

 

 

On se couche de bonne heure (à l'intérieur du refuge because mauvais temps). J'ai un peu mal aux jambes alors Chéri me les masse (et il en sera ainsi tous les soirs. Merci mon Coeur!).

 

Par Stan
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

La Marseillaise Le réveil de Chéri nous tire de notre sommeil à 6h30. On a sacrément bien dormi! C'est normal que j'ai affreusement mal aux genoux???

Rapide petit déj, bouclage des sacs (Chéri s'en charge, et s'en chargera d'ailleurs pendant tout le parcours car c'est quelque chose que je n'aime pas faire et qu'en plus je fais très mal. Comment ça je ne dois pas mettre les affaires en boule dedans?!).

 

 

On lève le camp à 7h10.

 

 

Le début de l'étape est pénible à cause de la pluie mais pas difficile techniquement.

On grimpe, on grimpe, on grimpe, jusqu'à 2020 m et ô miracle, le temps se dégage pendant l'ascension.

 

 

C'est beau!!! Du coup, on décide de s'arrêter pour casser la croûte. Et comme de par hasard, le vent se lève et il commence à faire froid. Pas grave, mémé met une couverture sur les genoux et on avale notre repas lyophilisé. Miam!!! (si si en vrai c'est bon, enfin le purée jambon est bon du moins).

 

 

"Les lyophilisés, c'est c'que j'préfère!!!"

 

Après une bonne pause d'au moins une heure (oui nous on est commence ça! On y va tran-qui-lle-ment! on prend VRAIMENT notre temps! Mais ça, on y reviendra plus tard), on se remet en route. Et patatra: orage de grêle!! Comment dire, en montagne c'est........... flippant! impressionnant!!! Du coup, les passages à flanc de montagne sont rendus difficiles, limite dangereux.

Le topo indiquait ensuite une longue descente. Nous on l'aurait plutôt qualifiée d'interminable. Et c'est parti! Je dresse le tableau: on a déjà environ 7h de marche dans les pattes (en comptant bien sûr nos nombreuses pauses clopes et la pause déj') et j'ai très mal aux genoux. Ca donne une descente à deux à l'heure, en progressant prudemment pour ne pas se blesser. Chéri s'inquiète pour mes genoux et moi je culpabilise de lui faire perdre du temps.

On met deux heures au lieu d'une (d'après ce que disait le topo) pour arriver en bas.

Il pleut...............................

Nous voila maintenant dans une forêt. On a en marre, et j'ai maaall! Du coup cette dernière partie de l'étape est elle aussi interminable.

On arrive au refuge, il est environ 17h.

 

 

Nous sommes trempés (parce qu'évidemment la pluie n'a pas cessé).

Notre joie d'être arrivés au refuge s'envole rapidement. On pénètre à l'intérieur. Il est archi full, il y fait noir (le gardien n'a pas encore allumé les lumières), l'air y est nauséabond (odeur de chaussettes sales+ odeur de bouffe +  odeur de transpiration + humidité  = cocktail détonnant!). On ne trouve pas de place pour étendre nos vêtements mouillés, ni même pour s'asseoir. Bon bah on va rester debout alors!

Le gardien nous explique que même si le refuge est complet on pourra dormir dans la cuisine et qu'il essaiera de nous trouver un matelas.

Nous retrouvons Gilles, Marie, Yannick et Valentine. Comme en général ils arrivent tôt, ils nous proposent de nous réserver dorénavant le couchage. Bien évidemment, nous acceptons.

Anthony, décidemment très courageux, prend une douche glacée; moi je zappe cette étape. On mange (repas servi à 17h30) et on attend. On attend que les randonneurs aillent se coucher pour pouvoir se reposer un peu! En attendant, on préfère rester dehors même si les conditions climatiques sont toujours mauvaises et on discute avec le gardien qui nous explique les difficultés de l'étape du lendemain (pourvu qu'il ne pleuve pas...).

Vers 20h, le gardien demande aux randonneurs d'aller se coucher pour que ceux qui dorment dans la cuisine (une dizaine) puissent à leur tour se coucher. Il nous apporte gentiment un matelas. Chéri me le laisse et dort par terre.  

Par Stan
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Après une bonne nuit de sommeil nous nous levons à 6h. Chéri, qui était installé par terre me dit qu'il a bien dormi. Bon, je le crois. On jette un coup d'oeil au temps que l'on espère clément vu que le début d'étape est un peu difficile et dangereux lorsqu'il pleut (dixit le gardien). Ouf, le ciel est dégagé. Au moins une bonne nouvelle!

 

 

A 7h30, on quitte le refuge. Au bout d'un quart d'heure, nous atteignons la fameuse passerelle de Spasimata, suspendue à une dizaine de mètres au dessus d'un cours d'eau. Je craignais un peu ce moment puisque j'ai le vertige, mais la traversée s'effectue sans problème aucun. L'endroit est splendide. Dommage que l'on ne puisse pas trop en profiter. Il faut continuer, l'étape débute à peine.

 

 

 

 

 

Nous arrivons à un passage technique composé de dalles rocheuses. Il y a des mains courantes alors du coup, la progression n'est pas trop dure. Enfin, heureusement qu'il ne pleuvait pas sinon ça aurait été une autre histoire!!!

L'étape se poursuit par l'escalade de rochers. On est comme des gamins, on s'éclate!

Nous passons à proximité du lac de la Muvrella. On est un peu déçus. Nous nous attendions à un lac: c'est en fait une marre à canards.

On se secoue le bas des reins et on fait coin-coin. On se remet en route.

Ca monte.

 

 

Ca monte. Comment ça c'est normal en montagne??!!

 

 

C'est beau, c'est comme dans un rêve. On est seuls, dans une nature qui nous en mets plein la vue.

 

   

Nous arrivons à un col. Kôa??????? C'est le refuge que l'on voit tout en bas????? Déjà????? Il doit être quelque chose comme 11h30. Cool, ce sera une petite étape!!! On pourra profiter de l'après midi et se reposer pour la mythique étape du lendemain.

 

 

Bon, il ne reste plus qu'à descendre. Mes genoux sont toujours douloureux, et ils le resteront pendant tout le GR alors on y va tout doux.

Il est aux alentours de 13h, nous voilà arrivés dans l'ancienne station de ski d'Asco. Comme aujourd'hui on a le choix, on choisit l'option gîte d'étape (une trentaine d'euros par personne en demie pension) plutôt que le refuge. 

Quelle joie de retrouver tout le confort moderne et plus particulièrement l'eau chaude!!! Après 2 jours de douches froides pour Chéri et pas de douche du tout pour moi depuis le début (no comment...) c'est du pur bonheur!

Une petite lessive (génial, maintenant il pleut des cordes et le temps s'est rafraichit! Le linge ne sèchera jamais!!) et on rejoint Gilles, Marie, Yannick et Val pour boire un verre.

Nous allons ensuite dîner. Wouah, un vrai repas!!

On a l'impression que notre dernier vrai repas remonte à une éternité. Nous passons une excellente soirée tous les 6.

On part se coucher propres et repus, le top!

Par Stan
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Notre équipement

Tout plein de choses (trop??). La liste complète c'est ici

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus